Actualités

01 décembre 2015

"En France, le manque d'activité est particulièrement préoccupant chez les jeunes"

Bertrand Pulman*, sociologue, spécialiste des questions relatives à la santé et au sport et professeur à l’université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, estime que les bénéfices pour la santé d’une pratique régulière d’une activité physique ou sportive sont avérés depuis longtemps.

Betrand Pulman (au centre), lors du Jury Sport responsable 2015

 

 

Quel est l’état actuel de l’activité physique et sportive en France ?

La situation est préoccupante. Les recommandations émises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à savoir effectuer au moins 10 000 pas par jour pour garder la forme, sont ignorées. Actuellement, en France, on s’aperçoit qu’il y a environ 75 % des 18-65 ans qui n’atteignent pas cet objectif. Pire, dans cette tranche d’âge, 29 % ne font même pas 5000 pas par jour. Le plus inquiétant est que ce manque d’activité touche particulièrement les jeunes. L’IRDS (Institut régional de développement du sport) a récemment publié une étude qui montre qu’en Ile-de-France, un jeune sur cinq reste totalement éloigné de la pratique sportive. Un autre rapport révèle qu’un enfant sur deux qui entre en classe de 6ème ne sait pas nager. Si les pouvoirs publics ne réagissent pas, ces taux sont voués à s’accroître.

 

Comment ce phénomène s’explique-t-il ?

Notre mode de vie a beaucoup changé ces dernières années. Nous sommes de plus en plus sédentaires, les écrans ont envahi notre quotidien… notre environnement est devenu « obésogène ». En France, pour des raisons culturelles, le sport ne fait pas l’objet d’une très haute considération. Le contraste avec le monde anglo-saxon est très frappant. Dans un campus américain, tout est fait pour inciter les étudiants à faire du sport, alors qu’il subsiste dans notre pays une forte hiérarchie entre les activités intellectuelles et les activités physiques.

 

Quels sont les indicateurs qui prouvent que le sport agit sur la santé ?

Les bénéfices pour la santé d’une pratique régulière d’une activité physique ou sportive sont avérés et validés par de nombreuses publications scientifiques. Une des premières études sur le sujet a été publiée en 1953 dans une revue britannique. Elle démontrait que les contrôleurs des autobus londoniens étaient deux fois moins exposés au risque de maladies cardiovasculaires que les conducteurs car ils n’avaient de cesse de monter et descendre les escaliers durant leur journée de travail. Plus récemment des chercheurs suédois ont montré que la pratique régulière du golf prolongeait l’espérance de vie d’environ cinq ans.

De nombreux autres travaux ont établi qu’une activité physique ou sportive contribue à la prévention d’un certain nombre de maladies comme le cancer du sein ou du colon, le diabète… avec une diminution de la prévalence des maladies de l’ordre de 15 à 30 % selon les affections. Une activité adaptée peut aussi aider dans certains cas à supporter les traitements, à améliorer les perspectives de guérison et à restreindre les risques de rechute. A cet égard, des structures hospitalières et associatives parviennent à réaliser un remarquable travail d’accompagnement, par exemple le réseau CAMI qui utilise les arts martiaux pour aider des patients atteints de cancers.

 

Quelle place le sport occupe-t-il dans le monde du travail aujourd’hui ?

Certaines entreprises, c’est notamment le cas de Michelin, offrent depuis très longtemps à leurs employés la possibilité de pratiquer un sport. Aujourd’hui, de plus en plus d’agences spécialisées proposent leurs services à des sociétés dans ce domaine. Sur les chantiers, il n’est plus rare de voir des ouvriers s’échauffer avant leur prise de poste pour éviter les risques d’accident. Cette thématique commence à percer le monde économique qui se rend compte, études à l’appui, que la pratique d’une activité physique améliore la productivité des employés, réduit l’absentéisme et permet de faire des économies sur les dépenses de santé. 

*Membre du jury Sport responsable 2015

* A vous de jouer !

* Cliquez ici pour remplir votre dossier de candidature

* contact : sport-responsable@generali.fr